Comment la technologie à influencer l’évolution du coffre-fort ?

le

Depuis plusieurs années, le coffre-fort a été très prisé par les particuliers que par les professionnels. Il les permet de protéger ses biens de valeur, ses documents importants, ses supports informatiques, et même, une grande somme d’argent contre le vol en cas d’intrusion ou de cambriolage, contre l’eau en cas d’inondation et contre le feu en cas d’incendie. Puis, grâce à l’évolution de la technologie, on peut actuellement choisir un modèle qui répond à notre besoin et à nos exigences.

La genèse du coffre-fort

Avec la recrudescence de l’insécurité et du cambriolage, Charles et Jeremiha Chubb ont commencé à fabriquer des coffres-forts appelés « huches ». Ils l’ont conçu pour mettre en lieu sûr de l’argent liquide, des bijoux et des archives. Puis en 1835, ces coffres-forts ont eu son premier brevet et ont été nommés coffre-fort anti-effraction. Ce dernier est constitué de matériaux robustes, capables de résister à une tentative d’effraction. En fait, les coffres-forts anti-effractions sont ceux qui appartiennent à la norme EN 1443-1. Ensuite, vers les années 1840, le français Alexandre Fichet a conçu un autre type de coffre-fort moderne. Enfin, en 1860, Auguste Nicolas a également apporté son invention dans le domaine de coffre-fort.

Les différents types de coffre-fort

Selon les besoins des utilisateurs, les concepteurs de coffre-fort ont mis en fabrication des coffres-forts anti-effraction, coffres-forts anti-feux et coffres-forts doubles certification. Les coffres-forts anti-effraction sont comme nous l’avons dit plus haut, ils appartiennent à la norme EN 1443-1. Pour pouvoir obtenir cette norme, les coffres-forts doivent être d’abord soumis à des tests. S’ils passent avec brio, il obtient la norme ci-dessus. Dans le cas contraire, le coffre-fort n’obtiendra que la norme EN 14 450. Puis, pour les coffres-forts anti-feux, ils doivent être soumis à une température plus de 1 000 °C. S’ils y résistent à au moins 30 minutes, ils obtiennent la norme EN 1047 et certifiés ignifuges. Enfin, les coffres-forts doubles certification sont ceux qui sont à la fois anti-effraction et anti-feu.

À savoir, tous les coffres-forts doivent être appartenus à la norme EN 1300. Il s’agit d’une norme semblable à la norme A2P, elle vise la serrure. Cependant, les coffres-forts équipés d’une serrure très résistante à une effraction peuvent obtenir jusqu’à 3 étoiles, tandis qu’une étoile pour ceux qui n’y résistent que pendant moins de 5 minutes.

L’influence de la technologie sur le coffre-fort

Au moyen-âge, tous les coffres-forts sont fermés à clé. Puis, dans la Rome antique, des cadenas avec un mécanisme à ressort ont été utilisés. Ensuite, il y avait l’invention des mécanismes spéciaux. Ces derniers sont équipés d’une cloche qui se déclenche au cas où le verrou est touché. Ultérieurement, les serrures codées ont vu le jour dans le 17e siècle. Actuellement, grâce à l’évolution de la technologie, il existe des coffres-forts équipés d’une serrure biométrique. En plus d’une clé et d’un code, l’ouverture de ce type de coffre-fort nécessite des empreintes digitales. Il est de ce fait le summum de la sécurité.